Sortie Spéléo la Voie aux Vaches – 19 & 20 février

Belle excursion sur 2 jours dans la Voie aux Vaches, qui donne accès au réseau du gouffre des Essarlottes, en présence de Vicki, Geoffrey, Guillaume, Laurent, Pierre et Samuel. Temps passé sous terre de 10h.

Après un réveil à 8h30 et un copieux petit-déjeuner, Samuel commence l’équipement. Difficile au début à cause d’une roche très fragmentée dans laquelle les spits ne tiennent guère. Nombreuses trémies instables. L’équipement devient plus simple après un moment. Le passage dans la rivière souterraine avec un fort débit est impressionnant. Le groupe part d’abord vers le siphon aval mais se retrouve bloqué par un débit d’eau trop fort dans la Galerie des Perles. Second blocage lors de l’exploration de l’autre côté de la galerie. A l’aller, le groupe a été témoin de la chute de Pierre qui s’en est sorti avec une petite entaille à l’arcade et de gros bleus dans le dos. La trousse à pharmacie trouvera toute son utilité et Pierre a pu continuer l’exploration.

« Parcourir la rivière était très agréable ; belle frayeur lors de la chute ! »

(Pierre)

Au retour dans la Galerie des Perles, Vicki est montée sur une corde en fixe de 12m pour explorer un passage concrétionné comme le reste de la galerie mais de plus petite envergure. Ce passage arrive au pied de deux cheminées montantes avec des cordes en place.

Ensuite, nous sommes allés explorer l’amont du réseau jusqu’à l’entrée 1 des Essarlottes. C’était une progression agréable dans la rivière très active – des vires en fixe, des enjambées. La base des puits de l’Entrée 1 est très belle.

« La Galerie des perles est très photogénique avec la grande colonne qui trône au milieu et des chaos de concrétions tombées »

(Geoffrey)

Le déséquipement est assez aisé, même si certains endroits sont un peu exigus : les têtes de puits sont relativement étroites donc un peu physiques à la remontée. Sortie à 21h30 pour les derniers puis retour au gîte avec une belle surprise : un beau feu brûlait dans la poêle et le gîte était chauffé à 27° – de quoi couper le froid emmagasiné à la sortie du trou. Sortie très plaisante dans sa globalité avec grâce à une ambiance de groupe sympa et relativement feutrée. Nombreux échanges au sein du groupe sur des sorties carrières & spéléo.

« Les entraînements m’ont bien préparé à la descente et à la remontée sur corde […] Une très bonne impression : je n’ai pas eu froid et la rivière souterraine est impressionnante »

(VIncent)

Levé vers 10h le dimanche après une longue veillée le samedi. Lavage du matos dans les baignoires spécial cassage de dos ! Déjeuner au gîte. Puis balade sur le Sentier karstique de Mérey-sous-Montrond : c’est un très bon travail d’explication du lapiaz et de la formation karstique. Retour sans encombre sur Paris avec une arrivée vers 21h.

Rédaction : Vicki
Photo : Geoffrey

Stage équipement à Sainte-Marie aux Mines

Deux des nouvelles recrues du SCCM ont participé du 9 au 14 novembre à leur premier stage de découverte de la Spéléologie et de l’équipement. Organisé par l’Ecole Française de Spéléologie (EFS) dans les réseaux de Sainte-Marie-aux-Mines, en Alsace, ce stage a rassemblé 19 passionné(e)s de spéléologie qui ont découvert les 3 plus grands parcours de ce réseau.

Un peu d’histoire

Le sous-sol de Sainte marie aux Mines est en grande partie constitué de gneiss, une roche métamorphique. Les mouvements de le croute terrestre ont eu pour effet de fissurer la roche, laissant remonter de l’eau chaude très chargée en minéraux.

Ces remontées ont généré des veines d’argent, de cobalt, de cuivre, de plomb, d’arsenic, de zinc et de nickel. Elles ont par la suite été exploitées à plusieurs reprises : d’abord vers l’an 1000 (pour l’argent), puis au 16ème siècle (pour l’argent également), puis durant le 18ème siècle (pour le cobalt). Ce qu’il reste aujourd’hui de ces exploitations sont des impressionnants réseaux de galeries faisant la joie des spéléologues.

Déroulé du stage

Le thème du stage étant l’équipement spécifique des traversées, tous les stagiaires ont pu exploré les trois plus grands parcours : Armée Céleste-La Treille, Giftgrube-St Jacques et Langershaft-St Louis. D’autres mines ont également été mises au programme suivant les envies des participants.

10/11 : Traversé de la mine Saint Louis-Eisenthür : environ 80m de dénivelé, 5 puits successifs avec assez peu de main courante.


11/11 : Equipement en fixe de la mine Saint-Louis pour Morgane. Pour Florian, traversé d’une autre
mine. 3 puits seront équipés.


12/11 : Traversé de la mine Armée Céleste
La plus belle mine en terme de minéralogie, avec les
filons et des minéraux bien visibles (exemple : fluorite). Des mains courantes, plusieurs puits et des
passages en oppositions.

13/11 : Traversé de la mine Saint Jacques, qui contient de l’arsenic, que l’on voit notamment à travers la présence de Picopharmacolite (photo ci-contre). Un peu d’escalade, des chatières, et des puits bien sûr.

14/11 : Entrainement sur mur à la mine de Tellure ; équipement et déséquipement sur mur, passage de nœud, déviation, fractionnement, révision de quelques nœuds

Copyright photos : Laurent Guyot & Olivier Courtois

Sortie Neuvon novembre 2021

Encore une super sortie club dans une cavité de renom !


Entrés sous terre vers 14h samedi, nous avons passé deux nuits de bivouac juste après l’Avalanche (ambiance bougie, nouilles chinoises et ronflements). Le dimanche ce fut 14 h de crapahut et d’exploration ! Ouf – journée longue ! Nous sommes allés presque jusqu’au bout des 2 affluents après l’Y. Grasse mat au bivouac jusqu’à 8h lundi matin, puis départ pour la surface vers 10h avec une sortie vers 12h30. Pique-nique en surface au soleil et lavage du matos à Fleurey-sur-Ouche. Retour dans nos pénates vers 22h30.

Les grandes galeries fossiles du Neuvon sont aussi impressionnantes que d’habitude et l’actif après le boyau des Fakirs est superbe, notamment la zone concrétionnée de l’Y et la rivière en amont de celle-ci.


Merci encore à toute l’équipe (paritaire – yes!).

Sortie au Crotot – 19 & 20 juin

Le week-end du 19-20 juin, Carine, Rami et les Spéléos tranquilles, ont invité le SCCM à profiter d’un accès à la grotte du Crotot, rivière souterraine Franc-Comtoise magnifiquement concrétionnée. Nous étions hébergés au spacieux gîte de la Malathière à Bournois, que nous vous recommandons chaleureusement.

Une porte d’accès verrouille l’entrée de la cavité, et un guidage par Roland Brun, un des inventeurs de la cavité, est nécessaire, suite à des actes de vandalisme d’une époque heureusement révolue. Malheureusement (pour eux/elles) aucun(e) débutant(e) de l’année n’a été intéressé(e) par la sortie, seule Vicki, en connaisseuse, répond présente.
En l’absence de vrais débutants, nous avons eu le plaisir de remettre le pied à l’étrier spéléologique à Ishan et Pierre. On ne peut rêver de meilleure reprise 🙂

Une fois la porte ouverte, Roland nous guide d’un pas habitué vers la rivière au travers de l’impressionnante désobstruction.
Les parois et les plafonds couverts de coulées de calcite immaculées se succèdent à mesure que nous avançons. Nous ne savons plus où donner de la tête (et de l’appareil photo). Sur le chemin, Roland est intarissable sur l’histoire et la structure de la cavité.
Nous effectuons une pause à la salle du Monument… un monument du genre, puis continuons jusqu’à la salle de Charleroi et la Trémie terminale, où nous faisons demi-tour.

Au retour, Ishan et Vicki profitent un maximum des derniers instants dans la cavité, en scrutant les diverses formes de concrétionnement sous tous les angles. Nous disons au revoir à Roland sous le soleil, en le remerciant chaleureusement.

A bientôt 75 ans, Roland est dans ce qu’il pense être sa dernière année de guidage. Alors n’hésitez pas à profiter de l’accès au Crotot avant qu’il ne soit trop tard!

Un détour obligé par la fromagerie pour faire le plein de Comté, puis une petite rando autour de la grotte de la Malatière, avant l’arrivée des orages, clôt la journée.
Le lendemain, nous effectuons une jolie randonnée aux rochers de Nans et sa forteresse troglodytique, avec le reste du groupe.


Les photos souterraines sont de Carine et Pierre.

Sortie Spéléo dans le Neuvon

Et nous revoilà partis pour de la spéléo !
Participants : Vicki, Rami, Emmanuel, Philippe (du Scof) et Carine


Le samedi : visite du Neuvon

Le Neuvon est un grand réseau souterrain de plus de 23 km. Des découvertes paléontologiques y ont été faites, probablement datées de 100 000 ans : d’anciens ossements de lions et d’ours y ont été retrouvés. C’est un très beau réseau parcouru de grandes salles et de grands corridors. Nous n’en avons visité qu’une petite partie (1/10e) en 12 heures.

10h : Rami et Vicki descendent en premier équiper le Neuvon. 11h30, ils sont rejoints par Emmanuel, Philippe et Carine. La descente se fait dans une cabane au milieu d’un champ par une trappe. Cette trappe est fermée par un cadenas avec un code. L’entrée est assez sympa : puits et toboggan, puis une série de puits jusqu’à un pont de singe aisé à passer. De nouveau des puits et une vire. Un dernier puit nous permet d’atteindre la salle de la Cathédrale. La durée de la mise en place des cordes a été de deux heures environ.

De là 23 km de galeries s’ouvrent à nous. Nous visitons tout d’abord la partie sud (250 mètres environ) où nous distinguons des griffades d’ours dans la paroi. Une fistuleuse de 5 m (si…si…) retient notre attention dans la salle de la Pérouse.

Puis nous mangeons dans la salle de la Cathédrale. Ensuite nous partons vers la salle du Putch située 2 km plus loin.
En chemin nous admirons des concrétions, les plafonds variés et colorés, les strates dont l’une présente de nombreux Chailles, nous suivons une rivière sur quelques dizaines de mètres. Nous arrivons à la salle du Putch et commençons à faire demi-tour vers 17 heures.
La remontée des puits se fait tranquillement et nous sortons à 22h30.

Dimanche : Randonnée


Après avoir lavé les cordes, nettoyé le gîte et mangé, nous mangeons au gîte puis nous partons pour une petite randonnée de 3,6 km avant de reprendre la route vers la région parisienne. Nous allons au Gouffre du Creux Percé, puis nous remontons vers les grottes des Célerons.

Sortie spéléo dans le Lot – mai 2021

Bonjour à toute et tous !
Un petit retour sur notre dernière sortie Spéléo qui s’est faite dans le Lot du 13 au 16 mai 2021. Il s’agissait d’une sortie spéléo tranquille sans grandes verticales pour la première sortie de Cathy, et pas trop froid pour Léo.

Participants: Véro, Léo, Vicki, Cathy, Carine, Rami
Gîte à recommander où les spéléos sont les bienvenus: « Chez Josette et Marcel COLDEFY  » à Gardette – Caniac du Causse

  • Jeudi : le matin est dédié à la visite de copains spéléos lotois de Véronique : Jean-Pierre et Geneviève du S3C. L’après-midi est réservé au baptême souterrain de Cathy, après maints entraînements au Viaduc, et tant d’attente pour cause de restrictions Covid. Sa première se fera au Cuzoul de Senaillac, encadrée par Vicki, Geneviève, Véro (et Léo), et accompagnée par de jolies salamandres. Carine et Rami, partis jeudi matin d’IdF, les rejoignent directement au bord de la cavité, et déséquipent derrière eux.
    Fin de la journée par une visite de la bergerie du fils de nos hôtes, avec ses brebis locales caussenardes aux lunettes noires.
  • Vendredi : deux cavités d’initiation sympathiques au programme. L’Igue des Mathurins le matin, sur la route de Pech-Merle, où Vicki et Véro s’adonnent à l’équipement à cœur joie. Puis, l’après-midi, Jean-Pierre et Geneviève nous emmènent à l’Igue de Montclar, découvrir les magnifiques plafonds couvertes d’excentriques, et la vue imprenable sur la vallée du Célé.
  • Samedi : nous avions prévu une seule cavité un peu plus longue et aquatique: l’Igue de l’Olivier. Une équipe de Haute-Vienne nous ayant précédés, nous décidons d’aller faire un tour à l’Igue du Facteur, afin de ne pas générer trop d’attente sur les cordes. Nous ne regrettons pas notre décision qui nous permet de découvrir cette cavité ludique, au contenu varié et étonnamment propre pour son taux de fréquentation.
    Au retour au gîte, le propriétaire nous indique un lavoir sympathique où nous pouvons laver le matériel à l’abri de la pluie qui s’est mise à tomber, ce qui nous permet de profiter de la soirée en évitant un lever aux aurores le lendemain.

Les photos sont de Cathy et Carine
Pour consulter en totalité le magnifique compte-rendu illustré, réalisé par Cathy et Vicki, prenez rendez-vous au club 😉

Fontaine d’Orchaise – Mars

La fontaine d’Orchaise est une grotte de la commune de Valencisse, à coté de Blois.

La grotte se développe dans la craie à silex. La cavité est constituée de deux étages. Dans l’étage inférieur, coule une rivière souterraine à l’origine de la formation de la grotte, alors qu’on observe dans l’étage supérieur de nombreuses formes en chenaux de voûte et des blocs déchaussés qui caractérisent l’étage fossile de la cavité.

Deux équipes du SCCM s’y sont promenés un dimanche de mars.

IMG-20190310-WA0007.jpg - 110,49 kB
IMG-20190310-WA0008.jpg - 85,47 kB
RIMG4075.jpg - 2,15 MB
IMG-20190310-WA0011.jpg - 289,34 kB
RIMG4070.jpg - 2,17 MB

Rivière Souterraine du Puits Bouillant

Sortie au Puits Bouillant à Saint-Aubin-Châteauneuf – 5 Janvier 2019

                L’accès se fait par un puits artificiel de 28,50 mètres, équipé d’une échelle fixe. Au bas du puits, la rivière se perd en aval dans des boyaux glaiseux. On remontera donc le cours de la rivière, dans une galerie assez basse au début, mais qui va en se relevant doucement. La marche y est relativement aisée sur environ 450 mètres. Des cascatelles et des marmites viennent alors ralentir la progression. Puis le reste de l´exploration de la partie active se fait sans encombre jusqu´à un siphon.

                A quelques mètres du siphon, un réseau fossile s´ouvre en hauteur et en rive droite. On y découvre des galeries glaiseuses, souvent basses, mais qui peuvent être parcourues sans difficulté sur 300 mètres.

Retour en images…

Entrée du puit
Gallerie
Gallerie
Passage en opposition au dessus de l'eau
Entrée du puit vue de l’intérieur